Destination arty à Hua Hin

Texte par Catherine Vanesse

Plus vieille station balnéaire du royaume et destination privilégiée de la famille royale, Hua Hin est une ville cosmopolite à moins de 200 kilomètres de la capitale qui ne cesse d’évoluer et de charmer les touristes et les locaux ainsi que les artistes.

De petit village de pêcheurs, Hua Hin est devenue en un siècle une station balnéaire très fréquentée, particulièrement lors des vacances et longs week-ends depuis que la famille royale en a fait sa ville de résidence d’été ainsi qu’avec la création en 1920 de la ligne de chemin de fer qui relie Bangkok à la Malaisie. Mélange de plages et de ville, Hua Hin reflète une ambiance cosmopolite et séduit toujours, principalement les Thaïlandais de Bangkok de par sa proximité avec la capitale, mais aussi les familles pour qui la vie nocturne de Pattaya, Phuket ou Samui se conjugue mal avec de jeunes enfants. L’activité touristique se concentre principalement dans les alentours de la gare, qui est l’une des plus belles de Thaïlande, ainsi que dans les activités « incontournables » comme le marché de nuit, les marchés flottants et le temple Mongkuol ou encore une partie de golfe, cette ville de 90 000 habitants possède d’autres ressources et se veut même de plus en plus “arty” et branchée.

Première étape pour se faire une idée à 360 degrés de la ville, direction le point de vue de Hin Lek Fai que l’on peut traduire par point d’observation des incendies. À 3 kilomètres à l’ouest de la ville, sur la route qui mène aux cascades de Pala U, vous pourrez admirer le paysage contrasté fait de petites maisons et de condominuims ou hôtels de luxe qui s’étendent de Cha’am à Khao Tao. Un peu après Hin Lek Fai, la route mène au village des artistes : Baan Sillapin (บ้านศิลปิน).

Créé en 1998, Baan Sillapin accueille une communauté d’une vingtaine d’artistes. Peintures, sculptures en bronze ou en bois, vêtements, bijoux, photographies, le visiteur passe d’une galerie à une autre, d’un atelier à un autre pour découvrir les oeuvres exposées ou encore en court de conception et échanger quelques mots avec les artistes, l’espace se veut ouvert, que ce soit à travers les rencontres, mais aussi en initiant les enfants et les adultes à l’art en mettant à disposition du matériel ou en organisant des ateliers collectifs.

“Hua Hin, c’est la meilleure ville de Thaïlande pour l’art” entame d’emblée Tawee Kasangam, peintre et l’un des fondateurs de ce village. “La ville offre l’avantage d’être proche de Bangkok et d’attirer un public cosmopolite de qualité intéressé par l’art et qui a un certain pouvoir d’achat”. Originaire d’Udon Thani, Tawee a initié ce projet avec sa famille. “C’est le premier village d’artistes de Thaïlande. Avoir une communauté comme celle-ci en Isan, encore aujourd’hui ce n’est pas imaginable” continue Tawee. Une communauté qui se connaît bien puisque les artistes vivent, travaillent et partagent leur passion pour l’art à Hua Hin. “Tous les artistes n’arrivent pas à s’adapter à ce genre de vie en communauté, surtout que les ateliers sont ouverts, il faut accepter de répondre aux visiteurs et montrer son travail en cours de progression, c’est avant tout un lieu d’échanges”.

Dans le centre-ville, plusieurs murs sont décorés de graffitis, principalement de l’artiste Thaweesak “Lolay” Srithongdee. Lolay qui vient d’ouvrir avec son épouse Nadda “Prae” Srithongdee, le Virus Space and Cafe au coeur de Seenspace. Centre commercial en bord de mer ouvert depuis 2016, Seenspace est un projet réalisé par l’architecte Akaradej Pantisoontorn. Avec son style aux lignes épurées, Seenspace se décline sous différentes formules : boutiques, restaurants, et un projet d’hôtel exclusif de six chambres réalisées par l’architecte Duangrit Bunnag qui devrait ouvrir prochainement.

“Avec Virus Space and Cafe, nous souhaitons attirer d’autres personnes que les amateurs d’art, des personnes qui viennent juste entre amis pour une tasse de café, mais qui en même temps peuvent admirer les artistes que nous exposons. Cela enlève également la pression de devoir vendre des oeuvres, je veux que cet espace reste une passion avant tout” explique Prae. Et face à ce café-galerie, se trouve “Dollar 009”, l’une des oeuvres les plus impressionnante et connue de Lolay qui avec ses six mètres de haut fait face à la mer, un hommage à l’artiste originaire de Hua Hin.

Côté shopping, c’est surtout du côté du Cicada Market qu’il faut aller : vêtements, souvenirs, objets de décoration réalisés par des artistes locaux, ce marché est le rendez-vous incontournable du week-end. Initié en 2011, le Cicada Market se divise en quatre zones : Art A La Mode, Cicada Art Factory, Amphithéâtre et Cicada Cuisine. L’objectif étant d’offrir un espace aux artistes et créateurs locaux pour promouvoir leurs produits et leurs oeuvres et gagner un peu d’argent. C’est ainsi qu’en plus des traditionnels stands de nourritures, il y a un espace galerie totalement ouvert, un amphithéâtre où se tiennent concerts, pièce des théâtres, performances de danses et un espace marché avec les réalisations de designers et créateurs thaïlandais. L’ambiance y est légère et festive.

Dans un style plus vintage, le marché de Plearnwan plonge le visiteur dans l’atmosphère de la Thaïlande des années 1950-1960, des échoppes aux stands de nourritures en passant par la mini fête forraine, le marché fait penser à un musée grandeur nature. Attraction récente et construite pour répondre à un effet de mode pour tout ce qui est rétro, le lieu ne manque pas de charme. Pour pousser l’expérience des “bons vieux jours”, traduction de “Plearnwan”, n’hésitez pas à séjourner quelques jours à l’hôtel Piman.

Du côté des attractions “arty” plus classiques, un peu avant d’arriver aux plages de Cha-am se trouve le Mrigadayavan Rama VI Palace. Créé par l’architecte italien Ercole Manfredi en 1923, les différentes maisons en teck sont reliées entre elles par un réseau de couloirs sur pilotis, jusqu’à un accès privilégié à la plage. Le palais se trouve au cœur d’un superbe parc de mangroves.

Si vous êtes en Thaïlande depuis un moment, la plupart des temples ont sans doute cessé de vous surprendre et pourtant, le wat Khao Tao au sud de Hua Hin a de quoi surprendre.

Dédié à toutes sortes de divinités, que ce soit Bouddha, Vishnu, Khun Yin ou encore le Roi, avec son mélange d’influences chinoise, thaïlandaise, ce temple a des airs de parcs d’attractions et pourrait bien vous enchanter le temps d’une promenade.

Advertisements